Portail clients customer-icon
24 octobre 2019

Analyse de la bataille du thermostat au bureau

Vous est-il déjà arrivé de mettre un pull au travail en plein été ? Il est parfois difficile de s’habiller véritablement en fonction de la météo lorsque l’on se rend au bureau. On se retrouve souvent à avoir trop chaud en hiver ou trop froid en été. Disposer d’une température adéquate peut certaines fois s’avérer compliqué pour les collaborateurs. 

Livre blanc - Anticipez l’avenir grâce à l’Analytique
Livre blanc - Anticipez l’avenir grâce à l’Analytique

Grâce à ce livre blanc, découvrez comment améliorer votre reporting en matière de gestion immobilière et facility management, quelles données mesurer et comment les analyser. 

Télécharger le livre blanc

La température de bureau « idéale »

La température standard largement acceptée (autour de 22 °C) reposait sur une petite enquête auprès des employés. Mais ce résultat est discutable et plusieurs études ont montré que la température de bureau « idéale », pour le confort et la productivité des employés, diffère selon les employés et dépend de plusieurs facteurs :

  • Le métabolisme : certaines personnes, et notamment plus généralement les femmes, ont des rythmes métaboliques plus lents et sont plus affectées par le froid. Pour celles-ci, la température idéale de leur bureau sera donc supérieure à celle de leurs collègues.
  • L'âge : les études ont montré qu’à partir de 55 ans, les employés sont plus sensibles au froid.
  • Le type de tâches : toujours selon plusieurs études, les environnements plus chauds seront favorables à la pensée créative tandis que les lieux de travail plus froids sont censés aider les personnes effectuant des tâches répétitives à rester en alerte. On découvre aussi qu’au-dessus de 27°C, les élèves commencent à avoir des difficultés en mathématique.

Tout cela montre bien qu'il n'y a pas de température idéale pour un bureau.

Analyse dans les bureaux de Planon

Permettre aux utilisateurs finaux de contrôler la température devrait réduire le nombre de plaintes liées à la température. L’expérience de notre propre bureau montre que cela n’est pas garanti.

Au siège de Planon aux Pays-Bas, les bureaux disposent de commandes de climatisation afin que les employés puissent régler eux-mêmes la température. Il y a quelques années, l'installation de capteurs a permis en parallèle un suivi des températures réelles dans nos bureaux. Cette année, avec la sortie de notre solution d’Analytique (Planon Connect for Analytics), nous avons pu extraire les mesures de ces capteurs et analyser les résultats des six derniers mois de 2018, heure par heure.

Cette analyse des températures moyennes nous a montré que nos salles de conférence étaient souvent plus froides qu'elles le devraient pour être agréables.

En examinant la répartition des températures les plus froides au cours de la journée, on observe que cela se produit en début de journée (8h et 9h), alors que la température du bureau est encore commandée de manière centralisée. Ce système central n'élève la température du bureau que lorsqu'elle descend en dessous de 16 °C. La journée débute donc généralement dans le froid.

La même analyse montre que c'est en hiver qu'il est plus fréquent que la température dépasse les 24 °C.

Malgré la présence de commandes de climatisation dans nos salles de réunion, la température est rarement dans la fourchette qui convient aux plus nombreux. Il fait plus souvent trop froid que trop chaud. Cela peut-être même à cause des commandes dans les pièces : si une personne entre dans une pièce chaude, elle baissera la température le plus possible. À la fin de la réunion, la pièce continuera à se refroidir jusqu'à ce qu'une autre personne entre et trouve la pièce trop froide. Elle augmentera alors la température… et le cycle se répètera.

Nous en avons conclu que donner aux utilisateurs finaux le contrôle de la température ne réduisait pas le nombre de plaintes et ne leur garantissait pas plus de confort. Du fait de ces multiples changements de réglage, la consommation d'énergie est loin d'être optimisée et les installations souffriront davantage, nécessitant plus de maintenance. Des salles de réunion différenciées par « profil type » de collaborateurs ne sont pas souhaitables mais cette information nous a permis de lancer une discussion sur la possibilité d'avoir trois plages de température différentes et fixes, avec des salles de réunion : fraîches (19-20 °C), moyennes (20-22 °C) et chaudes (22-24 °C). Comme nous sommes en mesure de suivre et retracer les utilisations, nous pourrons ajuster et changer à tout moment.

Leontien Coolegem
Product Manager