Portail clients customer-icon
13 septembre 2018

Ce que déclarent les prestataires de services FM à propos des évolutions technologiques

L'an dernier, Planon s'est associé à Panorama, une société de conseil spécialisée dans l'écosystème du Facility Management (FM), afin de mieux comprendre les tendances qui révolutionnent le marché des prestataires de service de FM. Panorama a discuté avec des Directeurs généraux, Directeurs informatiques ou Directeurs des opérations, des problèmes les plus importants qui se posent aux dirigeants des sociétés multinationales de prestations de services FM.

Etude - Les évolutions technologiques et informatiques révolutionnent le marché des prestataires FM

En partenariat avec Planon, Panorama a réalisé une étude sur les tendances et la transformation du secteur du Facility management et l’influence des technologies informatiques disruptives sur les prestataires de services FM.

Télécharger l’étude

À l'issue de cette étude, un rapport a permis de mettre en avant quelques résultats clés. Ce blog se penchera sur deux de ses conclusions qui semblent au premier abord se contredire.

L'investissement dans les technologies permet de se différencier de la concurrence

La marge bénéficiaire moyenne liée à la fourniture de services de base (« hard services ») se situe entre 5 % et 6 %, tandis que la marge sur les services immatériels (« soft services ») est encore plus faible, de 2 % à 3 %. Pour pérenniser leur activité, les prestataires de services FM doivent donc faire la différence ailleurs que sur leurs tarifs.

Les services mobiles sur le terrain, l’IoT et d’autres technologies émergentes telles que l’intelligence artificielle (IA), les drones, les robots, le big data et les blockchains, peuvent changer radicalement le mode de fonctionnement des prestataires mais aussi les attentes de leurs clients en matière d’innovation. Pouvoir adopter ces technologies, les alimenter à partir des différentes sources de données, en retirer des solutions intégrées et les incorporer dans les principaux processus métiers sont des facteurs clés de succès pour générer de la valeur supplémentaire et développer une offre qui pourra être différenciantesur le marché.

La normalisation et l'automatisation améliorent l'efficacité et la productivité

Fait intéressant, tous les prestataires interrogés pour cette étude ont souligné l’importance de pouvoir bénéficier d’ une plate-forme logicielle. Les dirigeants doivent s'appuyer sur une plate-forme unique pour gérer tous les processus opérationnels et toutes les données liées aux contrats ou à la gestion des services et garder le contrôle sur l’organisation interne.

Une telle plate-forme logicielle doit associer de riches fonctionnalités à une capacité à prendre en charge les processus métier de base en interprétant les données provenant de multiples sources de données opérationnelles et stratégiques. Cette plate-forme doit s'intégrer de manière transparente avec les systèmes existants, les plates-formes d’IoT, les outils de business intelligence, la mobilité, les portails clients et bien plus encore. La plate-forme doit prendre en charge l'industrialisation et la numérisation dans des environnements hétérogènes et dynamiques.

Comme l’a déclaré l’un des prestataires : « le fait que tout repose sur une base de données centrale augmente l’efficacité opérationnelle ».

Une contradiction ? Pas vraiment

Il pourrait paraître contradictoire de cultiver d'un côté la différenciation pour rester compétitif, être le premier à utiliser des technologies spécifiques, tout en optant pour la normalisation. Cependant, normaliser vos éléments différenciants peut déboucher sur une maximisation des rendements.

Les prestataires de services peuvent utiliser des outils standardisés sans perdre leur avantage concurrentiel, car le véritable facteur de différenciation sera la manière dont les outils seront utilisés. Une plate-forme comme Planon interprétera des données opérationnelles, la prévision de la panne d’un équipement dans les trois mois, par exemple, comme des informations exploitables pour différents processus métier. Si le prestataire est évalué sur sa capacité à éviter les temps d'arrêt, il sera judicieux d'alerter le client et de réparer rapidement l'actif. Si le contrat en cours ne définit que des heures de facturation, il sera plus judicieux d'attendre la défaillance de l'actif avant de réaliser une réparation. Cela dépend du contrat, de l'entreprise. Chaque prestataire peut tirer parti d’une plate-forme d’exploitation qui standardise et automatise ses offres et processus métiers spécifiques.

Pour découvrir tous les résultats, téléchargez le rapport d’étude co-réalisé avec Panorama.

Marc Wetzelaer
General Manager Service Providers