Portail clients customer-icon
25 février 2016

Comment l’histoire du joueur de flûte de Hamelin peut être transposée au Facility Management d’aujourd’hui

Avez-vous déjà entendu parler de la vieille légende allemande du Joueur de Flûte de Hamelin (Rattenfänger von Hameln) ? Elle remonte au Moyen Âge. Elle raconte l'histoire d'un joueur de flûte qui attire les rats avec sa flûte magique et en débarrasse les villes qu'il visite en les noyant définitivement dans les rivières proches. Lorsqu'il visite la ville de Hamelin et que les habitants refusent de le payer pour ses services, il décide d'utiliser sa flûte magique pour attirer leurs enfants...

Article - Le bâtiment quantifié

Tout est désormais connecé à Internet, ce qui mène au bâtiment quantifié. Cet article explique l'impact d' l'IoT sur l'immoblier d'entreprise et le FM.

En savoir plus

Payer pour les services reçus

Je dirais que cette histoire a encore une forte résonance aujourd'hui. Elle fait par exemple partie de la réalité quotidienne dans le domaine du Facilitiy Management. On peut dire en effet que les « habitants » de « nos villes » hésitent quelquefois à « payer pour nos services » ou nous demandent ouvertement de leur fournir les mêmes services pour moins d'argent. Nous sommes si habitués à ce comportement que nous avons inventé un mot pour le qualifier. On appelle cela l'« efficience ».

Cela doit être une lourde tâche que d'avoir à atteindre toujours plus d'« efficience » quand les possibilités de devenir plus efficient sont limitées à « travailler plus dur » (et donc plus longtemps) ou  à « sauter des étapes » (nous allons devoir remettre la maintenance à plus tard ou nous allons devoir laisser tomber certains services).

Flûte magique

Au Salon Facilities Show à Londres, j'ai littéralement fait l’expérience de cette flûte magique. Après avoir fait de nombreuses présentations, j'ai quitté notre stand quelques instants et suis parti me promener dans les allées de l'expo.

Je suis tombé sur un petit stand portant l'inscription « pest control ». Étant néerlandais, j'ai vite appris que « pest control » n'avait rien à voir avec la maladie, mais qu'il s'agissait de la lutte contre les rats et autres animaux que nous n'aimons pas voir se promener dans nos bâtiments. La lutte contre les nuisibles est effectivement un problème en Facility Management.

Sur ce stand, on vendait des pièges à rats. La caractéristique formidable de ces pièges à rats est qu'ils attirent les rats à l'intérieur, les enferment et les tuent en les électrocutant. D'accord, j'ai peut-être été un peu maladroit en vous racontant cette histoire, mais soyons honnêtes : les rats sont des hôtes indésirables et il est parfois nécessaire d'aborder cette question.
Et maintenant la partie agréable : après la « capture » d'un rat, le piège communique immédiatement l'information au réseau. L'information est affichée sur un moniteur central (page Web). Les rats commencent à sentir mauvais quand ils traînent trop longtemps morts quelque part. Lorsque de multiples pièges sont installés dans un bâtiment de grande taille, les contrôler sur une base journalière devient une tâche longue et fastidieuse. Le remède ne doit pas être pire que le mal. Avec ce nouveau genre de piège, le contrôle quotidien n'est plus nécessaire et on évite la perte de temps (et donc d'argent), les efforts et les ennuis.

Si vous avez lu mon précédent blog, vous comprendrez que je sois peu enclin à appeler cela une solution « intelligente », bien que le fabricant le soit, lui, assurément. C'est néanmoins attirant, non ? Je dirais que le « piège à rats connecté » est une bonne idée et qu'il apporte une solution raffinée qui montre à nouveau combien les appareils connectés apportent une valeur réelle et tangible.

Humm. Peut-être est-ce une formidable alternative que de qualifier des solutions qui sont attirantes mais non « intelligentes » de raffinées.

Erik Jaspers
Global Product Strategy & Innovation Director