Portail clients customer-icon
16 juin 2016

La révolution des nomades de bureau

Ils travaillent de Dubaï à Dijon et de Strasbourg à Singapour : les « nomades numériques ». Ce sont des travailleurs indépendants ou des chefs d'entreprise qui résident ET travaillent là où bon leur semble. Tout ce dont ils ont besoin, c'est un ordinateur portable doté d'une connexion Internet. Pieter Levels, chef d'entreprise et l'un des nomades numériques les plus connus au monde, prévoit un milliard de congénères dans vingt ans. En attendant, les entreprises sont confrontées à un autre type de collaborateur : le « nomade d'entreprise », celui qui n'est pas lié à son bureau. Et cette situation soulève de nouveaux défis.

Webinaire - Rester compétitif à l’ère de l’environnement de travail digital avec les technologies FM/RE

Dans ce webinaire, vous découvrirez l’impact de ces nouvelles technologies dans la vie d'un Facility Manager et d'un gestionnaire de patrimoine immobilier. 

Regarder ce webinaire

Un nomade numérique est indépendant, maîtrise bien Internet et n'est pas tributaire du temps ou du lieu, tant qu'il peut contacter ET satisfaire ses clients ou donneurs d'ordre. La disponibilité d'Internet étant plus rapide, moins coûteuse et possible désormais presque partout, Levels prévoit une augmentation rapide du nombre de nomades. Les voyages étant eux aussi de moins en moins coûteux et donc toujours plus accessibles, le seuil pour travailler là où on se sent bien est également de plus en plus bas. Il peut s'agir d'un grenier dans des pays comme la France, mais aussi d'une tente de plage en Thaïlande.

Une drôle d'idée ? Cette évolution n'est pas un cas isolé. L'idée de « travailler » derrière un bureau dans un bâtiment administratif a été de plus en plus souvent abandonnée au cours des dernières années au profit, par exemple, de postes de travail flexibles ou du travail à domicile. L'étape suivante consiste à travailler sur un site externe, par exemple dans un café ou dans ce qu'on appelle un « espace de coworking ». C'est là qu'est né pour moi le nomade d'entreprise, le collaborateur qui détermine lui-même le lieu et le moment où il exerce ses activités pour l'entreprise. À l'inverse des nomades numériques, ce groupe a été intégré dans les entreprises. Le concept est une manière naturelle de travailler pour les nouvelles générations de salariés. 

Les nomades d'entreprise évoluent facilement dans la jungle des bureaux et constituent ainsi un défi pour le Facility Manager. Car, de combien d'espaces de travail l'entreprise a-t-elle besoin si les salariés vont et viennent comme ils l'entendent ? Comment évoluer de manière flexible avec ce groupe dynamique et s'y adapter ? La question essentielle pour un Facility Manager est : « Qu'est-ce que je reconnais dans ces nomades d'entreprise ? » Où aiment-ils travailler et de quels moyens ce genre de collaborateur a-t-il besoin pour pouvoir travailler confortablement et efficacement ? En répondant à ces besoins, le Facility Manager veille toujours à un espace de travail approprié, où qu'il soit.

Le Facility Manager veille à ce que les installations correspondent au rythme journalier et au mode de vie du nomade d'entreprise. C'est-à-dire disposer rapidement d'Internet n'importe où et n'importe quand et avoir accès à des espaces où le nomade d'entreprise peut travailler temporairement. Au bureau, cela présuppose la présence, outre de connexions rapides, également d'une offre variée d'équipements de bonne qualité. En outre, le Facility Manager veille à un environnement avec lequel les talents peuvent et veulent s'identifier. Une affaire coûteuse ? De nombreux DRH sont conscients de la flexibilité du nomade d'entreprise et considèrent les équipements de bonne qualité comme un investissement pour attirer et conserver les talents et pour apporter ainsi une valeur ajoutée à l'entreprise.

Permettez-moi de douter qu'Internet finira par engendrer un milliard de nomades d'entreprise – selon les estimations, un quart de la population active totale. Mais Pieter Levels souligne ici résolument un phénomène auquel le Facility Manager doit répondre avec créativité.

David Stillebroer
Director Product Management