Portail clients customer-icon
07 juillet 2016

La technologie dans les films d’action : vision avant-gardiste du facility management de demain ?

Depuis mon enfance, j'aime regarder des films d'action du genre « effraction/évasion ». J'ai appris grâce à ces films que posséder des informations sur les bâtiments et les infrastructures pouvait être très utile pour échapper à la sécurité.

FAQ - En tant que Facility Manager, comment profiter de la technologie BIM ?

Le BIM est un sujet d'interrogations pour le FM et le RE. Cette FAQ répond aux 5 questions que Planon entend le plus souvent.

En savoir plus

La réussite d'une évasion dépend de trois choses

Dans l'un des films d'évasion les plus célèbres, « L'évadé d'Alcatraz » (1979), les prisonniers s'évadent, d'une part, grâce au mauvais état du bâtiment et, d'autre part, grâce à leur connaissance des habitudes acquise tout au long des années qu'ils y ont passées. Dans la série « Prison Break » (2005), après qu'un codétenu ait affirmé qu’il était impossible de s’évader, l'ingénieur Michael Scofield répond : « Pas quand on a conçu les plans du bâtiment ». Scofield connaît les plans et les systèmes (ils sont même tatoués sur son corps) et il ne lui manque alors que l'aide de quelques codétenus et gardiens pour s’évader. Plus récemment, dans le film « Evasion » (2013), Sylvester Stallone résume bien les éléments essentiels à prendre en compte pour réussir son évasion : « Une évasion réussie dépend de trois choses : connaître les lieux, tout savoir sur les habitudes, et avoir une aide à l'extérieur ou à l'intérieur ». Dans le film, il observe les habitudes des gardiens, étudie l'agencement du bâtiment et trouve de bons amis qui l’aident finalement à s'échapper.

Les informaticiens facilitent l'effraction

Dans les films d'effraction, on voit aujourd'hui souvent un informaticien installé dans une camionnette cinq rues plus loin qui hacke le système de sécurité du bâtiment pour aider les intrus. Il crée à cette fin, comme par enchantement, de magnifiques modèles 3D et des dessins CAO dont il se sert pour fournir des informations utiles à ses complices. Le nombre de visiteurs, les plans d’évacuation, les codes d'accès, ou encore la présence éventuelle d'une entreprise de services travaillant à un étage déterminé : toutes ces informations pertinentes contribuent à la réussite d'une effraction.

Dans ces deux types de films, les informations sur les bâtiments sont utilisées de manière ingénieuse. Un peu comme lorsqu’un collaborateur doit trouver un lieu de travail disponible dans un bureau ou lorsqu’une entreprise de services veut savoir où se trouve l'appareil en panne. Ces informations doivent comprendre tant les données de base (processus définis, SLA, données financières et coordonnées intégrées), que le plan actuel du bâtiment (de préférence en 3D) et les outils permettant d’utiliser le mieux possible ces informations (applications mobiles et tableaux de bord).

Comme souvent, les films devancent beaucoup la réalité. Peu d'organisations de Facility Management peuvent obtenir aussi rapidement des informations sur leurs bâtiments que le « hacker » qui contribue à l'effraction. Pourtant, cela sera bientôt le cas. De plus en plus souvent, des informations sur les bâtiments sont mises à disposition, à l'aide du BIM (Building Information Modeling ou maquette numérique du bâtiment). Avec une bonne préparation, un modèle BIM peut être associé aux processus FM, afin qu'un environnement 3D actuel reste disponible pendant la phase de maintenance et de gestion d'un bâtiment. La technique est prête, c'est donc une question de temps avant que les technologies qui sont déjà utilisées dans mes films préférés deviennent une réalité dans le domaine du Facility Management.

Jan-Fokke Post
Imlementation & BIM Consultant