Portail clients customer-icon
19 mars 2015

Le nouveau monde du travail est-il vraiment respectueux de l'environnement !

De nombreuses études sur le nouveau monde du travail laissent entendre que travailler à domicile a un effet positif sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. La principale raison en est la diminution des déplacements domicile/travail. Mais le travail à domicile est-il vraiment aussi respectueux de l'environnement que nous le pensons ?

Webinaire - Rester compétitif à l’ère de l’environnement de travail digital avec les technologies FM/RE

Dans ce webinaire, vous découvrirez l’impact de ces nouvelles technologies dans la vie d'un Facility Manager et d'un gestionnaire de patrimoine immobilier. 

Regarder ce webinaire

L'impact du travail à domicile sur le développement durable semble élevé. En fonction du taux de collaborateurs qui utilisent la voiture pour se rendre à leur travail, le télétravail entraîne une baisse de consommation en carburant fossile, une réduction des émissions de substances nocives, moins de nuisances sonores et une diminution du trafic. Travailler à partir de chez soi réduit en outre le nombre de mètres carrés de bureau nécessaires et permet également d'économiser de l'argent si l'entreprise introduit simultanément les concepts d'espaces de travail flexibles.

Mais ces effets positifs sont-ils valables également pour les entreprises dont la majeure partie des collaborateurs se rendent au bureau à bicyclette ou utilisent les transports publics ? En effet, leurs trajets quotidiens ne génèrent pas de gaz à effet de serre supplémentaires. Et les métros et les trains roulent quoiqu’il en soit. Et qu'en est-il de toutes les voitures électriques qui sont disponibles aujourd'hui sur le marché ? La réduction du nombre de déplacements domicile/travail d'un collaborateur en possession d'une voiture économe en énergie a-t-elle encore le même effet positif sur l'environnement ?

Lorsqu'il m'arrive de travailler à la maison, j'allume la radio. Je règle le chauffage sur 21 degrés au lieu des 16 degrés programmés quand je suis au bureau. Pendant les sombres mois d'hiver, j'allume même une lampe supplémentaire. Il va sans dire que je me prépare de temps en temps un bon café et que j'allume la télévision pendant le déjeuner pour voir ce qu'il se passe dans le monde. Bien sûr, ma maison répond à des critères de développement durable (j'ai du double vitrage, des panneaux solaires et j'utilise l'eau de forage pour arroser le jardin), mais quand même... Une journée de travail à domicile est-elle réellement plus respectueuse de l'environnement qu'une journée au bureau ? Après tout, mon poste de travail au bureau continue à être chauffé et éclairé pour les collègues qui y sont. Et la machine à café du bureau est allumée tous les jours. Egalement, le train roule même quand je ne le prends pas.

Peut-être devrions-nous revenir sur la notion de « nouveau monde du travail » et considérer le « monde du travail durable ». Le monde du travail durable ne réfléchit pas seulement à un mode de travail indépendant du temps et du lieu, il cherche également à savoir quelle est la manière de travailler la plus respectueuse de l'environnement.

En tout cas, demain, je retournerai travailler au bureau à Noisy-le-Grand. Et j'utiliserai évidemment les transports publics.

Sanne Oostendorp
Global Product Marketeer