Portail clients customer-icon
04 juin 2015

Le paradoxe de la réduction des coûts dans une ville chère

L'Asie a récemment perdu un grand homme d'État en la personne de Monsieur Lee Kuan Yew et Singapour a aussitôt décrété sept jours de deuil national. Si l’on considère ce que Monsieur Lee Kuan Yew a réalisé au cours des cinquante dernières années, on ne peut qu’être impressionné par son travail. Il a transformé la petite ville-État de Singapour en ce qu'elle est aujourd'hui. Singapour a su se démarquer de bien des façons au fil des années. Voici quelques résultats :

Webinaire - Rester compétitif à l’ère de l’environnement de travail digital avec les technologies FM/RE

Dans ce webinaire, vous découvrirez l’impact de ces nouvelles technologies dans la vie d'un Facility Manager et d'un gestionnaire de patrimoine immobilier. 

Regarder ce webinaire
  1. Meilleur aéroport du monde
  2. Troisième port maritime le plus fréquenté au monde
  3. Cinquième pays le plus riche du monde

Mais toute médaille ayant son revers, il y a aussi quelques points noirs au tableau dont nous ne sommes pas aussi fiers :

  1. La société la plus dénuée d'émotions du monde
  2. Les habitants les moins positifs du monde
  3. La ville la plus chère du monde

Singapour a même été élue la ville la plus chère au monde par deux fois. Et deux fois de suite ! C'est un record en soi. Dans ces classements, il y a deux choses qui attirent mon attention et semblent constituer un paradoxe : Singapour est une ville chère, mais elle pratique des bas salaires pour certains segments de la population active alors que le coût de l'immobilier continue d'augmenter.

Singapour est une ville chère, mais elle pratique des bas salaires pour certains segments de la population active

La pression sur les salaires est ressentie dans chaque secteur d'activité en raison du coût de la vie qui est élevé. Depuis des années déjà, les pouvoirs publics défendent leur point de vue selon lequel les salaires doivent être déterminés par les acteurs du marché. Cette philosophie s'est traduite par une baisse des salaires, une population active âgée et des prestataires de services contraints de proposer des services bon marché et de ce fait des salaires bas.

Toutefois, les salariés vivant de bas salaires ont reçu le soutien inattendu du gouvernement lorsque ce dernier a décidé en 2014 d'instaurer un salaire minimal pour les agents d'entretien. D'un seul coup, les prestataires de services sont plus ouverts aux idées qui contribuent à augmenter la productivité de leur personnel. De même, les propriétaires immobiliers sont davantage enclins à prolonger la durée de vie opérationnelle de leurs biens. C'est là où les Solutions de Gestion Intégrée de l'Environnement de travail (IWMS) et les logiciels de facility management entrent en jeu, étant donné que ces systèmes contribuent à augmenter la productivité et à réduire les coûts en matière de gestion de l'immobilier et de la maintenance.

Le coût de l'immobilier continue d'augmenter

Il n'y a aucun signe de ralentissement du marché asiatique de l'immobilier de bureaux, alors que le taux effectif d'occupation des espaces de travail et des salles de réunion est en réalité très faible.

De ce fait, les entreprises sont contraintes de réfléchir à des solutions qui optimisent la productivité d’équipements aussi précieux. Je suis souvent agréablement surpris par l'enthousiasme que les clients affichent lorsqu'on leur explique comment la gestion agile de l'environnement de travail peut les aider à réduire le coût de l'immobilier par collaborateur.

Conclusion

En tant qu'un des premiers collaborateurs de Planon Asie, je vis de très près le changement qui s'opère sur le marché et je trouve que faire partie de cette évolution est quelque chose de particulier. Je suis heureux de pouvoir aider nos les clients à réduire le coût de leur immobilier sur ce marché très onéreux.

N'hésitez pas à me contacter pour un entretien ou faites part de votre réaction ci-dessous.

Alex Lim
General Manager Planon Asia