Portail clients customer-icon
05 avril 2018

L'IFRS 16 approche à grands pas ! Votre organisation est-elle en avance ou en retard ?

Pour les organisations qui louent des actifs, le 1er janvier 2019 approche à grands pas. Comme décrit il y a plus d'un an dans cet article, les nouvelles normes IFRS 16 prendront effet à cette date. Il est l'heure pour les entreprises de faire le point sur leur situation dans le domaine de la comptabilisation des contrats de location.

Webinar - How the new lease accounting standards will impact your business

Organisations need to be prepared now to remain compliant when the new regulations come into effect on January 1, 2019. Watch this webinar to get informed about the changes and how you can prepare. 

Regarder ce webinaire

Pour se conformer aux normes, les organisations doivent souvent examiner des milliers de pages de contrats de location, choisir un nouveau logiciel pour organiser cet arsenal de chiffres complexes et implémenter ces nouveaux systèmes. Ensuite seulement, il leur est possible de publier des chiffres corrects.

La tâche est énorme et les organisations ont eu trois ans pour se préparer. En effet les règles ont été annoncées pour la première fois début 2016 et nous sommes maintenant aux deux tiers de la période de transition. Les organisations ont-elles avancé dans leurs préparatifs ? Quels enseignements pouvons-nous tirer des résultats obtenus jusqu'ici ?

Les organisations sautent dans le train de l'IFRS 16

L'entrée en vigueur de la nouvelle norme est imminente et nous sommes à l'aube d'une vague d'implémentation. La plupart des organisations ont déjà commencé à rassembler toutes les informations appropriées à propos des contrats de location et de leur interprétation. En outre, elles recherchent un conseiller capable de les aider à trouver et implémenter un logiciel qui convient.

Par ailleurs, la clôture des comptes annuels 2017 a été l’opportunité pour de nombreuses organisations de commencer à travailler sur l'IFRS 16. Cependant, étant donné l'ampleur de la tâche, elles sont d'ores et déjà en retard. Les risques impliqués sont nombreux ; les équipes qui doivent travailler sur la mise en application de l'IFRS 16 sont sous pression car les ressources dans ce domaine sont rares.

Tirer les enseignements des pionniers

La bonne nouvelle c'est qu'il est possible de s'inspirer des « adeptes de la première heure ». Ces entreprises ont démarré presque immédiatement après l'annonce et sont maintenant en pleine phase d'implémentation. Dans l'intervalle, Planon a gagné en expérience.

Les défis à relever concernent non seulement le logiciel et son implémentation, mais aussi la collecte de données et la coordination avec les auditeurs côté client.

Le processus évolue continuellement car les nouvelles règles peuvent parfois être interprétées de plusieurs façons. Nous recherchons, par conséquent, des solutions qui soient configurables, simples à utiliser et évolutives.

Certaines entreprises n'ont pas encore commencé à se préparer à la mise en application de l'IFRS16. Pour elles, le passage aux nouvelles normes risque d'être une tâche difficile car elles doivent encore définir la meilleure méthodologie.

Établir des conditions préalables

Il est important, tout particulièrement pour ces entreprises, de commencer rapidement à se préparer. Un point est essentiel avant le démarrage du projet : instaurer des conditions préalables pour une implémentation rapide en rationnalisant toutes les données et informations issues des contrats de location. Ce n'est pas simple, car les contrats de location se sont inspirés dans le passé de différents modèles. Il n'est pas rare que ces contrats remontent à plusieurs années et qu'ils aient été adaptés progressivement à la suite de fusions, d'acquisitions ou de cessions. Il arrive aussi qu'ils proviennent de différents pays et qu'ils aient, de ce fait, été conçus différemment.

En outre, vous devez essayer de trouver la bonne direction. Un comptable répond souvent par « ça dépend » quand on le questionne à propos de l'application de l'IFRS 16 au sein de l'organisation. Une réponse difficile, car l'auditeur peut en fait interpréter la nouvelle norme de différentes façons et influencer ainsi la complexité de l'implémentation. En déterminant la bonne direction en concertation avec l'auditeur avant l'implémentation réelle, vous pouvez mieux la préparer et donc réduire les risques.

Conclusion

Je peux conclure que la plupart des sociétés cotées en bourse ont inscrit l'IFRS 16 en caractères gras dans leur agenda pour cette année. Leurs efforts convergent lentement vers l'implémentation ou bien elles ont déjà commencé à y travailler. Les organisations qui n'en sont pas encore là pour l'instant devront leur emboîter le pas rapidement en répétant ce que les pionniers auront fait avant elles.

David Stillebroer
Director Product Management