Portail clients customer-icon
11 juin 2015

Un manager qui prend ses décisions sur la base des informations de la veille est un dinosaure

Vous êtes-vous déjà demandé, vous aussi, comment les oiseaux pouvaient voler en nuées homogènes sans se télescoper ? C'est une question d'attention, et au besoin, de correction de cap sans qu'aucun individu n'endosse le rôle de leader ni n'indique l'itinéraire à suivre. Tout se passe entièrement en fonction de « l’instant présent », avec des capteurs (quelques paires d'yeux) qui enregistrent tout afin de pouvoir rectifier le cap immédiatement.

Webinaire - Rester compétitif à l’ère de l’environnement de travail digital avec les technologies FM/RE

Dans ce webinaire, vous découvrirez l’impact de ces nouvelles technologies dans la vie d'un Facility Manager et d'un gestionnaire de patrimoine immobilier. 

Regarder ce webinaire

C'est exactement la même chose avec la gestion agile de l'environnement de travail.

De plus en plus de bureaux utilisent des capteurs pour mesurer la présence. Le système enregistre les espaces qui sont occupés et le moment où ils sont libérés. Mais de nombreuses entreprises n'utilisent ces données qu'en vue d'une analyse postérieure par des gestionnaires de l'immobilier. Il s'agit d'une approche classique de gestion : collecter des données, essayer de comprendre des modèles puis influencer les utilisations en déplaçant des bureaux et en créant des salles de réunion supplémentaires. En résumé il s’agit de planifier, exécuter, contrôler et agir selon le manuel.

Les données en temps réel provenant de capteurs sont utilisées depuis longtemps déjà en dehors du monde du travail. Le radar des précipitations sur Internet en est un exemple simple : les gens consultent les données et choisissent eux-mêmes de sortir ou non à ce moment précis. Les informations dont ils disposent pour ce faire sont beaucoup plus adaptées à leur cas personnel (puisque localisées) que ce qu'un météorologue peut prédire dans ses prévisions météo générales basées sur des modèles. Du fait de la numérisation croissante de leur vie privée, les collaborateurs se sont habitués à adapter leur comportement de manière autonome en fonction des informations en temps réel fournies par des tiers. Il est temps désormais qu'ils le fassent aussi dans leur vie professionnelle.

L'arrivée des capteurs dans l'environnement de travail stimule cette autonomie, à condition que les informations ne soient pas utilisées uniquement par des managers pour analyser le passé, mais par tous les collaborateurs pour « l’instant présent ». Où y a-t-il de la place en ce moment ? Où puis-je organiser une réunion maintenant ? Quelle est la longueur de la file d'attente actuellement à la cantine ? Le côté positif est que les collaborateurs parviennent à s'autogérer. Ils s'organisent à partir d'informations actuelles, s'adaptent à la disponibilité des espaces et voient simultanément se créer une nouvelle disponibilité parce qu'une réunion qui s'est terminée tôt ou un jour de travail re-planifié libèrent un espace qui est immédiatement visible et utilisable par tous. Le gros avantage pour les entreprises est qu'elles peuvent réagir plus vite aux changements ET diminuer considérablement le nombre d'espaces de travail sans gêner la productivité. Il s'agit de s'adapter au « présent » et à l'espace qui y correspond à ce moment-là.

L'oiseau dans la nuée n'a pas de place attitrée, on ne lui donne pas au préalable un itinéraire et il ne sait pas où il volera dans les cinq minutes qui suivent. Mais il y a une chose qu'il sait : aucun oiseau n'entrera en collision avec un autre et dans la nuée qui se déplace rapidement, ils sont protégés du danger venant de l'extérieur. Les capteurs et les informations actuelles rendent les collaborateurs aussi libres que des oiseaux et font de l'entreprise un ensemble à la puissance inébranlable.

David Stillebroer
Director Product Management