Portail clients customer-icon
10 décembre 2015

Pourquoi les applis veulent tout savoir sur vous

Droit d’accès aux photos, à la localisation et aux contacts. Les options supplémentaires que les applications mobiles proposent sont grandement appréciées, mais les demandes d’autorisation affichées pendant leur téléchargement sont rarement lues. A la fois pratique et dangereux car les données personnelles présentes sur le smartphone peuvent atterrir très facilement entre les mains du créateur de l'appli ou d’un tiers. Où est la limite entre facilité d'utilisation et respect de la vie privée ?

Webinaire - Comment les solutions mobiles multicanales facilitent l’intervention des ingénieurs et des techniciens

Planon innove avec Planon Universe for Corporate Real Estate and Facility Managers : la solution IWMS qui facilite les interventions des services techniques et des ingénieurs et leurs interactions avec toutes les parties prenantes.

Regarder ce webinaire

Un grand nombre d'applications ont été créées pour faciliter la vie. Il existe, par exemple, des applis qui permettent de réguler le thermostat ou de baisser la lumière. Pour les voitures modernes, il existe des applis qui permettent de consulter toutes les données relatives au véhicule : la pression des pneus, le niveau de carburant ou l'état de charge de la batterie.

Le revers du contrôle

Toutes ces fonctions sont pratiques, mais ces possibilités ont aussi leurs inconvénients. En effet, l'appli du constructeur automobile demande aussi à accéder à la galerie de photos sur le téléphone, sans que l'on sache vraiment clairement ce que l'appli fait avec ces données. Il n'est pas rare que de telles demandes aient bel et bien une utilité, par exemple parce que vous devez pouvoir transmettre une photo en cas du sinistre ou de la panne depuis l'appli spécifique. Cela ne signifie pas que le créateur de l'appli passe son temps à fouiner dans vos photos, cela permet à l'utilisateur d'envoyer des photos quand c'est nécessaire.

Les techniciens de maintenance peuvent eux aussi utiliser une application mobile pour consulter des ordres de mission et modifier des statuts. Imaginons qu'un technicien de maintenance constate un retard au niveau de la maintenance d'un vase d'expansion, il peut le signaler et ajouter une photo à cette alerte. C’est pratique, mais cela signfie que l'appli doit avoir le droit d’accéder au répertoire où est enregistrée la photo.

Différence entre les systèmes d'exploitation

Il existe de surcroît, une différence considérable au niveau des autorisations entre les différents systèmes d'exploitation sur les appareils mobiles. iOS donne davantage de choix à l'utilisateur final lorsqu'il s'agit d'autorisations. Sous Android, on vous demande une seule fois pendant l'installation d'accepter toutes les autorisations, alors qu’avec iOS, vous pouvez choisir après l'installation les droits que vous octroyez à l'application.

Ainsi, iOS vous demande si une appli est autorisée à utiliser votre appareil photo ou votre localisation. Si vous ne le voulez pas, vous pouvez continuer à utiliser l'appli, mais pas la fonctionnalité pour laquelle cette autorisation était nécessaire. Vous pourrez toujours modifier votre choix ultérieurement dans les paramètres. Avec Android, vous n'avez pas beaucoup de choix : c'est tout ou rien. Si vous refusez certaines autorisations, vous ne pouvez pas installer l'appli.

L'appli : le prolongement du logiciel professionnel

Un nombre croissant d'entreprises voient les applis comme une activité sérieuse et pour elles, une appli est souvent le prolongement du logiciel professionel. Pour le développeur de l'appli professionnelle, la qualité et la sécurité sont des priorités car c'est d'elles que dépend le succès de l'application. Plus l'appli est sécurisée, mieux c'est pour l'utilisateur, plus l'appli est utilisée fréquemment, mieux c'est pour le développeur.

Ainsi, il est dans l'intérêt des développeurs d'applis professionnellesd’ envisager sérieusement l'aspect de la confidentialité des données personnelles. Le danger réside dans les applis privées, comme les jeux, les réseaux sociaux, les applis photo, qui ont peut-être accès aux mêmes sources sur l'appareil mobile que les applications professionnelles. Aussi est-il conseillé de contrôler régulièrement les paramètres de confidentialité sur un smartphone. Pensez aux autorisations et à la protection.

L'employeur n'attire pas toujours l'attention sur ce point, loin s'en faut. La responsabilité en incombe ainsi souvent à l'utilisateur. Heureusement, vous avez toujours la possibilité de d’effacer des applis.

Vincent Henricks
Product Manager Integrated Services Management